Notes de Tartomiel, Elfe Sylvain de niveau 1

Cher journal d’aventures.

Nous avons fondé une compagnie d’aventuriers. Voici mes compagnons.

  • Jean de Pâlefigure, C’est un humain. Il est gentil avec moi malgré une fois où il m’a traité de "grosse conne". Je te raconterai ça un peu plus loin cher journal. Il me semble un peu trouillard lors des combats. les autres le traitent de bourgeois. je crois que c’est lié à son aspect citadin.
  • Zurgluh, Barbare-Gladiateur. Il n’est pas le cerveau de la bande celui là, heureusement que je suis là pour rattraper l’intelligence moyenne. Mais il est pratique, Comme il est grand et résistant je peux me placer derrière lui lors de bagarres, Il encaisse les premiers coups, et j’évite de me décoiffer. Je crois qu’il a une compétence de danse. Il faudra que je lui demande. Je te raconte ça un peu plus loin aussi cher journal. Il me surnomme souvent "Cérumen". Je n’ai pas compris pourquoi. C’est sûrement affectueux.
  • Kluggudi, Gobelin-Ninja. A première vue il est tout petit et tout mignon trop choux. Il est très agile et sait se faufiler partout. Malgré l’intelligence de sa race, c’est souvent lui qui a suggéré les stratégies. Après l’avoir un peu fréquenté, j’en conclus qu’il n’est pas si mignon que ça. Je le soupçonne d’être un peu voleur et sadique. J’expliquerai pourquoi je pense ça un peu plus loin.
  • Et moi même Tartomiel, Elfe Sylvain. J’aime être bien peignée, j’aime la nature, les animaux et surtout les dauphins, même si je n’en ai jamais vu.

Accessoirement, il y a aussi un nain dans la compagnie: Brilidul. Il est rustre (comme tous les nains) Je ne l’aime pas trop.

Je ne sais plus pour quelle raison. Nous étions probablement en quête d’une quête, nous nous dirigions vers le village de Loubet. Le soir un groupe de marchands nous a proposé de rejoindre leur camp. Ils nous offraient un bon repas et une toile de tente pour la nuit en échange de notre protection.

Le matin, à notre réveil, les marchands n’étaient plus là. Nos armes et équipements non plus. Des méchants avaient kidnappé les marchands et volé nos affaires. Et surtout, il manquait mon peigne. J’aime sentir l’odeur de mes cheveux flottant au vent. Il me faut mon peigne. Je vais perdre au moins 4 points de charisme si je n’ai pas de peigne.

Mes compagnons semblaient vouloir dire que c’étaient les marchands les voleurs, j’ai préféré ne pas leur révéler que je pensais qu’ils (les marchands) étaient gentils de peur qu’on se moque encore de moi.

Le temps de nous apercevoir que personne dans notre groupe n’avait de compétence de pisteur, nous décidâmes d’aller en direction de Loubet.

Zurgluh, dépossédé de ses armes, a ramassé une pierre. Elle avait une bonne forme pour la tenir, et une arrête tranchante. Il a eu de la chance de trouver ça. Il ne s’en est plus séparé.

Plusieurs heures de marche plus tard, sauf pour le bourgeois qui avait gardé son cheval, nous sommes arrivés devant l’entrée de Loubet.

Elle était gardée par une milice, et il fallait payer un droit de passage. Nous n’avions plus de sous. Quelques chuchotements avec Kluggudi le Gnome:

- Peut-être que Brilidul a gardé des sous dans sa barbe.
- Oui, rapace comme il est.

Le nain n’a pas daigné répondre. Le sergent de la milice nous a proposé un marché, ce qui a mis court aux discussions sur le nain. Il nous laisserait passer, et nous indiquerait où sont les brigands à condition que nous l’aidions à préparer le gâteau d’anniversaire pour sa fille. Il nous a donné la liste des ingrédients, un délai de 2 jours, quelques indications et nous a laissé entrer.

Naheulbeuk, recette du gâteau

Je ne me souviens plus trop dans quel ordre nous avons récupéré les ingrédients du gâteau. Je suis une elfe Sylvain, je ne mémorise que ce qui est important, vous voyez.

L’Épicière a accepté de nous aider à faire le gâteau, mais il fallait récupérer les ingrédients, hormis le sucre qu’elle possédait. Elle ne vendait malheureusement pas de peigne.

Zurgluh le barbare est parti chercher de l’eau au puits. Ce veinard y a trouvé aussi un tison. Il avait l’air malin avec sa pierre dans une main et le tison dans l’autre.

Direction l’entrepôt pour récupérer de la farine. Le gardien a accepté de nous donner de la farine à condition qu’on le débarrasse des rats. Si je me souviens bien, le premier rat a été éclaté par Zurgluh d’un coup de tison. Le deuxième rat, je l’ai emprisonné dans ma cape d’elfe. Kluggudi a donné un coup de point à travers ma cape. Le troisième rat, je crois que c’est le maître nain. Il n’arrêtait pas de dire qu’il allait casser les dents aux rats.

Pour nous remercier, le gardien de l’entrepôt nous a donné de la farine et m’a donné un couteau. Vu son absence de coiffure, je ne lui ai pas demandé s’il avait un peigne à la place du couteau.

Apres un détour vers l’épicerie pour déposer la farine, nous sommes allés vers la ferme obtenir des œufs et du lait. Le fermier s’est présenté comme étant le vieux Ulysse [1]. Il était OK pour les oeufs et le lait à condition qu’on traie les vaches. J’ai réussi à remplir trois seaux. Et même à en boire un peu directement au pis de la vache [2].

Pendant ce temps là, le nain était allé voir le boulanger. Sans succès, il est trop occupé, la femme du boulanger [3] lui a indiqué que le meilleur créneau serait entre 4 heures et 6 heures du matin.

Nous sommes donc retournés voir la boulangère pour insister. Avec Jean, nous avons décidé qu’il allait parler à la boulangère, et que je profiterais de sa diversion pour tenter de passer dans l’arrière boutique. Finalement une fois à l’intérieur, j’ai improvisé. J’ai dit à la boulangère que j’avais rendez-vous avec son mari. Et que non la raison ne la regardait pas. Puis que si, c’est lui qui avait insisté pour que je vienne. Quand j’ai senti qu’elle allait en venir aux mains, je suis sortie. Jean qui était resté avec moi m’a traité de grosse conne. Je n’ai vraiment pas compris pourquoi, du coup j’ai boudé.

Sur le chemin pour aller voir le sergent et lui expliquer nos difficultés avec le boulanger. J’ai vu que Kluggudi et Brilidul s’étaient mis en arrière du groupe pour s’échanger des choses discrètement [4].

Le sergent nous a conseillé de faire croire à la boulangère que nous avions du levain pour qu’elle appelle son mari.

Je saute quelques péripéties, cher journal, pour en venir au gâteau.

C’est le gnome qui a aidé l’épicière à faire le gâteau. Le sergent était ravi et nous a indiqué que les brigands avaient été repérés dans le vieux moulin.

Le nain a défoncé la porte du moulin (et a lamentablement chuté). Le barbare est rentré à sa suite, puis je suis rentrée.

Les 4 ennemis étaient 4. Par malchance, je me suis retrouvée au corps à corps avec le guerrier vétu d’une cotte de mailles. Mon dada, moi, c’est de faire la snippeuse avec mon arc, pas les combats rapprochés. J’ai quand même tenté de le poignarder. Personne n’a compris. Peut-être un problème avec sa cotte de maille. Lorsque j’ai voulu retirer le couteau de son épaule, tout son bras s’est arraché. [5]

Je vous résume le combat :

Zurgluh n’arrivait pas à frapper son adversaire, et réciproquement. On aurait cru une battle de danse. Le nain s’est pris plein de boules d’énergie dans la tête, mais ça ne lui faisait pas trop d’effet. Jean a fini par oser rentrer et a réussi à récupérer une épée. Kluggudi, qui était passé par la porte arrière a fini par tenter de sauter sur un ennemi, et l’a raté. J’ai continué de tenter de poignarder mon adversaire au cou à cause de sa cotte de maille. Sans succès. Et finalement j’ai réussi à atteindre mon arc qui était posé plus loin.

J’ai eu le temps de décocher une flèche dans mon adversaire. Nos ennemis ayant un homme à terre (du fait du nain je crois), leur chef manchot agonisait avec une flèche dans le dos. Ils ont commencé à prendre la fuite.

La voix du sergent s’est faite entendre : "Sortez tous de là immédiatement".

Dehors, les deux ennemis encore partiellement vivants qui s’étaient enfuis étaient cernés par les lances des miliciens.

Le sergent nous a remercié chaudement ! Nous avons réussi notre première quête.

Hors RP, crédits et Notes.

La partie a été masteurisée par @magiCrazy. Il a utilisé le scénario de LICOY téléchargeable sur le site de Naheulbeuk: https://www.naheulbeuk.com/doc-scenar.htm.

L’image de la recette est aussi une oeuvre de LICOY (merci!)

Notes

[1] Le grand-père du Ranger

[2] succès critique

[3] Doit-on l’appeler la boulangère? le débat n’est pas ouvert ici, OSEF

[4] Kluggudi avait chapardé de la nourriture à la taverne, mais je ne suis pas censé le savoir

[5] Succès critique, sans lequel, on aurait eu plus de difficultés à remporter le combat je pense.

Programmation d'une partie de JDR

dés de jeu de rôle

C’est hors sujet par rapport aux activités habituelles du Hackerspace. Mais on fait ce qu’on veut d’abord.

Une partie de jeu de rôle sur table est prévue le lundi 13 aout 2018 au Hackerspace.

  • Heure de début à definir (19 - 20h) jusqu’à ~ 2h [1]
  • Univers: Naheulbeuk
  • Maître du jeu: Magic Crazy
  • Joueurs débutants et expérimentés.

Il est encore possible d’ajouter deux ou 3 joueurs à la partie. Pour participer, contactez nous rapidement via Twitter, via les commentaires de ce billet de blog ou via le mél contact @ ventresmous . fr

Note

[1] Perso, je travaillerai le lendemain

Convertir un SVG en DXF pour OpenSCAD

OpenSCAD est un logiciel libre qui permet de concevoir des modèles 3D à partir d’instructions saisies sous forme de programme.

Sa simplicité permet de s’attaquer au monde de la 3D rapidement sans passer par une phase complexe d’apprentissage d’interfaces graphiques (si vous regardez les tutos de base de logiciels comme Blender, vous vous apercevrez qu’on passe un temps non négligeable à vous apprendre à utiliser l’interface avant même de penser à créer).

Cette simplicité a un coût : il n’est pas facile de créer des formes libres.

Pour contourner le problème, il est possible de recourir à des fichiers DXF qu’on importe via la commande "import" d’OpenSCAD.

N’étant pas plus un utilisateur de LibreCAD ou de FreeCAD, je préfère utiliser Inkscape, un outil de dessin vectoriel.

Se posent alors trois problèmes :

  • Comment préparer un dessin dans Inkscape pour son import dans OpenSCAD ?
  • Comment convertir du SVG en DXF ?
  • Comment utiliser le fichier obtenu dans OpenSCAD ?

Comment préparer un dessin dans Inkscape pour son import dans OpenSCAD ?

Le format SVG est beaucoup trop versatile pour pouvoir être importé dans OpenSCAD après conversion.

Voici un petit florilège d’éléments qui poseront problème une fois le dessin converti :

Et voici les transformations à leur appliquer :

  • n’utiliser qu’un seul calque
  • n’utiliser que la couleur noire
  • tout dégrouper (Édition → Sélectionner tout ctrl+A, Objet → Dégrouper maj+ctrl+G jusqu’à ce qu’il n’y ait plus de groupe
  • convertir les lignes droites et courbes de Bézier en chemins (Chemin → Contour en chemin ctrl+alt+c)
  • convertir les cercles, ellipses, rectangles et autres formes géométriques en chemins (Chemin → Objet en chemin maj+ctrl+C)
  • supprimer les à-plat
  • effectuer une union de tous les objets (Édition → Sélectionner tout ctrl+A, Chemin → Union ctrl++)

Après ces modifications, enregistrez le résultat dans un nouveau fichier, histoire de conserver le fichier original pour de future modifications.

Comment convertir du SVG en DXF ?

Inkscape ne sait pas exporter en DXF.

En revanche, il sait exporter en EPS et il existe "pstoedit", un outil en ligne de commande sous Linux facilement installable sous Debian/Ubuntu (sudo apt-get install pstoedit).

Il va cependant falloir passer les bons paramètres et ce n’est pas toujours choses aisée.

Voici donc un script Bash qui s’en charge :

#!/bin/bash
# The assert function for Bash
function assert {
   local rc
   local message="$1"
   shift
   "$@" 2>&1 > /dev/null
   rc=$?
   [ $rc -eq 0 ] && return 0
   set $(caller)
   date=$(date "+%Y-%m-%d %T%z")
    echo "$date $2 [$$]: $message (line=$1, rc=$rc)" >&2
    exit $rc
}

# Retrieves the input and output filenames
infile="$1"
outfile="$2"

# Checks the system
assert "Inkscape not found" which inkscape
assert "Pstoedit not found" which pstoedit
assert "svg2dxf takes 2 arguments (infile, outfile)" test $# -eq 2
assert "Input file not found" test -f "$infile"

# Converts the SVG to DXF
printf "Converting %s to %s..." "$infile" "$outfile" >&2
inkscape --file="$infile" --export-eps=/dev/stderr 2>&1 >/dev/null \
     | pstoedit -dt -f 'dxf:-polyaslines -mm' /dev/stdin /dev/stdout \
     > "$outfile" 2> /dev/null
printf " OK\n" >&2

Le script prend 2 paramètres : le premier correspond au fichier SVG à convertir, le second au fichier DXF à récupérer.

Comment utiliser le fichier obtenu dans OpenSCAD ?

Le fichier peut désormais être importé dans OpenSCAD en utilisant la commande "import" imbriquée dans une commande "linear_extrude" ou "rotate_extrude" suivant le résultat souhaité. L’exemple ci-dessous inclut également un commande "translate" pour centrer l’objet.

 translate([-40,-60,0])
     linear_extrude(height = 30, convexity = 5)
         import(file = "zigazou.dxf", layer = "0");

La calque à utiliser est le calque "0".

Réutilisation d'une plaque photovoltaique de récupération

On peut aussi faire des trucs simples mais cools.

J’ai trouvé dans la rue à Paris [1] cette plaque photovoltaïque:

plaque photovoltaïque

La voici coté verso, après avoir retiré le circuit électronique et gratté la colle.

plaque photovoltaïque verso

A l’origine la plaque photovoltaïque servait à recharger:

  • Une petite lampe led
  • et un circuit contenant probablement un capteur GPS et un système 3G.

Je suppose donc qu’elle sera suffisante pour recharger une batterie d’appoint (type Anker).

Les mesures au multimètre donnent: entre 4 et 10V en sortie en fonction du soleil. Concernant l’intensité en Ampères, je n’ai pas pris le temps de monter un petit circuit avec une résistance pour la mesurer[2] donc on ne saura jamais.

Vu la fluctuation, et pour que le courant aille bien de la plaque vers le circuit à alimenter, et pas l’inverse; Il serait judicieux de ne pas utiliser directement la sortie du panneau, Le circuit d’origine intégrait une "Diodes à redresseur barrière Schottky" SS24. On va la remettre dans le circuit. Comme ceci:

IMG_20180623_151646.jpg

Je veux un port USB femelle car ce sera le type de branchement le plus pratique pour la majorité des appareils. Je vais vampiriser cet appareil qui ne fonctionne plus:

IMG_20180623_152321.jpg

Quelques soudures perçages et découpages plus tard:

IMG_20180623_162520.jpg

IMG_20180624_111948.jpg

Tout de suite ça n’a pas fonctionné. Mon fer à souder Leader Price est très bourrin, et j’ai du abîmer la diode SS24[3]. J’ai attendu lundi dernier pour utiliser le fer à souder du hackerspace en utilisant une autre diode redresseur Schottky présente dans le circuit d’origine.

Et voilà ça fonctionne, je peux recharger ma batterie:

IMG_20180628_195730.jpg

Notes

[1] Il était manifestement abandonné par son propriétaire (je ne détaillerai pas plus ce point là). Tel que j’interprète l’article 713 du code civil, c’est la commune (la mairie de Paris ici) le propriétaire de cet objet. Cependant, diverses recherches sur le web d’articles mal sourcés au niveau réglementation me disent que c’est OK, je peux me l’accaparer. Si un juriste passe par là et qu’il veut éclaircir la propriété d’un objet que je considère de bonne foi manifestement abandonné, trouvé sur l’espace public (pas dans une poubelle); Les commentaires sont faits pour ça.

[2] Et oui, rappel de physique de la classe de 4ème, l’intensité doit être mesurée en branchant le multimètre en série (Le multimètre est inséré entre deux dipôles, donc une résistance et la plaque photovoltaïque).

[3] Composant non traversant et donc galère à souder / déssouder

Au revoir Github, Bonjour Gogs

gogs-logo.pngMicrosoft va acquérir Github. J’ai donc décidé d’héberger sur mon dédié la forge logicielle de Ventres Mous et mes dépôts personnels. C’est ouvert à tous, (sous certaines conditions). Vous pouvez vous en servir.

C’est par là: Forge logicielle Ventres Mous. C’est le logiciel "Gogs" qui tourne derrière.

Les petites conditions:

Le service est sans aucune garantie. Notamment sur la disponibilité. Le serveur est sauvegardé, et connaît moins d’une panne par an, mais en cas de crash, je le répare quand j’ai le temps. Genre le weekend qui suit.

Le serveur est un serveur dédié qui n’est pas illimité. Donc c’est réservé aux projets qui prennent peu de mégaoctets:

Évitez les projets de graphistes avec de grosses photos, et les les projets de 3D, mettez les fichiers de construction mais pas les résultats (les fichiers .scad mais pas les STL).

Enfin (je ne pense pas que ce sera le cas), si jamais il fallait faire du tri à cause d’une trop grande demande: La priorisation sera la suivante:

  • Membres du Hackerspace,
  • @EchelleInconnue ’s sphère
  • Projets qui nous plaisent
  • Projet centrés sur l’aglo de Rouen
  • Le reste

Dernier petit point, Il est possible de créer des dépôts privés. L’objectif d’un git qui porte le nom d’un Hackerspace, c’est le partage. Les dépôts privés sont tolérés le temps d’un nettoyage de code, ou le temps de finaliser un chouilla avant de publier etc... mais n’ont pas vocation à rester privés.

Gardez quand même une de vos dépôts dans un coin de votre PC ou sur le disque dur de votre Freebox. Comme évoqué plus haut, c’est sans garantie.

J’écrirai prochainement sur mon blog un billet plus technique et plus troll sur l’installation et les motivations qui m’ont poussé à l’auto-hébergement.

Enjoy!